Une Tunisienne de cœur

Standard
DSCF9500 (2)

Marie-José Tumbarello-Tunis (photo Hatem Bourial)

Au fond peu importent les nationalités… Car lorsqu’on est né en Tunisie, de parents eux-mêmes nés en Tunisie, on est Tunisien, un point c’est tout !

Et ils sont nombreux ceux qui, de nationalité française ou italienne, ont leur vie ici, dans leur pays natal qui n’est pas forcément celui de leurs origines lointaines.

En ce qui me concerne, tant qu’ils adoptent ce pays qui, quant à lui, les a adoptés, ils sont Tunisiens. Pleinement, indiscutablement, à jamais, avec ou sans passeport vert à l’emblème de la république.

Ils sont nombreux ceux qui connaissent Marie-José Tumbarello pour ses apparitions au cinéma dans les films d’Alexandre Arcady (« Ce que le jour doit à la nuit ») ou de Serge Moati (Villa Jasmin).

Venus de Raguse et d’Agrigente en Sicile, ses grands-parents Pierre et Philomène Tumbarello se sont installés rue Zarkoun à la fin du dix-neuvième siècle.

Ebéniste d’art, Pierre ouvrira un atelier, rue du Caire. Il aura un fils Sébastien, qui deviendra tailleur, rue du Portugal. A la tête d’un commerce florissant, Sébastien habillait les fonctionnaires et les notables. Il épousera Sylvie et le couple s’installera dans un appartement de la rue de Metz (aujourd’hui rue Garibaldi).

C’est là que naîtra Marie-José Tumbarello dans une famille catholique très pieuse dont la nonna Philomène portait le scapulaire au quotidien. Quant à Sébastien, il devint enfant de chœur dès son plus jeune âge et vivra sa foi entre l’église Sainte-Croix dans la médina et l’église Jeanne d’Arc pour l’inauguration de laquelle il était parmi les présents.

Grand sportif, Sébastien toucha au cyclisme et à la gymnastique. Pour ses dimanches, c’était la pêche ou la chasse. Collée à ses basques, Marie-José ira à Aïn Draham pour le sanglier ou à Sfax pour les grives. Toujours avec son père, elle aura une éducation de garçonne tout en suivant les cours du lycée de jeunes filles Armand Fallières, à la rue du Russie.

Marie-José est Française. Après une longue carrière à l’ambassade italienne de Tunis, elle assiste aujourd’hui des patients étrangers venant en Tunisie pour y subir des opérations de chirurgie esthétique.

Cette grande dame à l’humour communicatif est une véritable encyclopédie tunisoise. Elle vous racontera les riches heures d’Angela Lomonaco, coiffeuse de Wassila Bourguiba dont le premier salon se trouvait sur l’avenue et qui s’installera plus tard au Hilton.

Elle vous racontera qu’en haut de la colline où se trouve aujourd’hui le Sheraton, il existait une chapelle dédiée à Notre-Dame de Tunis, ce qui d’ailleurs explique le nom actuel du quartier.

Elle vous racontera que la statue de la Vierge qui se trouvait dans cette chapelle compte aujourd’hui parmi le patrimoine de la cathédrale. Elle vous racontera que nul ne savait autant que son père, mort à 93 ans, raconter Tunis et ses secrets.

Elle vous dira le nom de Vincenzo Cali, dernier prêtre sicilien de l’église de Notre-Dame du Rosaire, à Bab Djedid. Elle vous dira le nom de Jean Lomonaco qui réalisa l’installation électrique du palais de Carthage. Elle vous dira aussi que la mejda Wassila a abandonné Angèle au profit de Gilda Benelfoul, autre figaro au féminin.

Marie-José Tumbarello est inépuisable. Sa bonne humeur légendaire est appréciée de tous. Comme est indéniable son amour pour la Tunisie, un pays qui est le sien, le nôtre et celui de tous ceux qui l’aiment…

Hatem BOURIAL

Advertisements

3 thoughts on “Une Tunisienne de cœur

  1. MAUGAN Michèle

    Merci d’avoir eu cette superbe idée . Je vie loin de ce cher pays depuis plus de quarante ans. J’y suis née , et il n’est pas question que je l’oublie , il coule dans mes veines !!

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s